• Pensée de Khalil gibran

    Accueil

     

     

    De même que le noyau doit se fendre
    afin que le coeur du fruit se présente au soleil,
    ainsi devrez-vous connaître la douleur.
    Si vous saviez garder votre coeur émerveillé
    devant les miracles quotidiens de votre vie,
    votre douleur ne vous paraîtrait pas moins merveilleuse que votre joie.
    Vous accepteriez les saisons de votre coeur,
    comme vous avez toujours accepté les saisons qui passent sur vos champs...
    Et vous veilleriez avec sérénité
    durant les hivers de vos chagrins.

    Khalil Gibran


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :